Purin d'ortie autorisé

Le point sur l'usage des engrais faits maison

A la demande des laboratoires commercialisant des engrais, l'Etat a fini par interdire le « purin d'ortie », pourtant utilisé depuis l'aube de l'agriculture.

Sous la pression des associations défendant la liberté de jardiner, de s'échanger, voire de vendre des préparations « maison », un décret a partiellement mis fin à ces interdits.

C'est ainsi que le 30 avril 2016, un décret, en application de la loi d’avenir agricole, et un Arrêté autorisent à nouveau une centaine de substances naturelles, considérées comme des PNPP (Préparations Naturelles Peu Préoccupantes ! ) en tant que « biostimuant » (comprendre « engrais »), parmi lesquels figure le désormais célèbre « purin d'ortie », qui a été le fer de lance de la contestation.

Le ministère de l'Agriculture précise que sont autorisés «Les produits qui contiennent uniquement une ou plusieurs substances autorisées par l'arrêté, mélangées avec de l'eau, et donc accessibles à tout utilisateur, peuvent désormais être mis sur le marché sans autre formalité. L’autorisation de ces substances est ainsi simplifiée, plus rapide et chacun peut donc fabriquer et commercialiser ses propres produits pour stimuler la croissance des plantes » 

PRELE, CONSOUDE, FOUGERE...ENCORE INTERDITES.

C'est tout ce que les amateurs de potagers bio souhaitaient. Tout ? Peu être pas, car certaines plantes pourtant couramment utilisées ne figurent pas dans la liste du décret...Ainsi, la fougère, le purin de Consoude et celui de Prêle ne figurent pas dans la précieuse liste ! Et sont de ce fait interdits à la fabrication, l'usage et la vente !

Nouveau tollé ! Et nouvelle précision du ministère, qui précise que la liste sera « complétée par d’autres substances, après une évaluation de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitairede l’alimentation, de l’environnement et du travail) garantissant qu’elles ne présentent pas d’effet nocif sur la santé humaine, sur la santé animale et sur l’environnement ».

Arrêté du 27 avril 2016 établissant la liste des substances naturelles à usage biostimulant

« Les plantes ou parties de plantes médicinales inscrites à la pharmacopée qui figurent dans la liste suivante peuvent, sous la forme que la liste précise, être vendues par des personnes autres que les pharmaciens » :

Cliquer ici pour voir la liste des plantes autorisées 

Une thèse pour mieux connaître la Grande Consoude : cliquer ici